Oct. 2nd, 2016

eliandre: (Default)

Chapitre 5 : Prémices de plans

« Yuri. Yuri, réveille-toi. » chuchota doucement une voix à son oreille.

Il grommela un peu en s’agitant avant que ses paupières s’ouvrent lentement pour laisser voir deux orbes bleu azur qui le contemplaient calmement, penchées sur son visage avec un air joyeux. Ah ! Il aurait donné n’importe quoi pour voir ces yeux illuminés de bonheur comme c’était le cas en ce moment.

« Est-ce… un rêve ? » murmura-t-il pour lui-même.

Il eut sa réponse quand il entendit un rire résonner et sentit soudain des lèvres prendre avidement possession des siennes pour l’embrasser, savourant chaque instant de leur baiser avant de lui demander d’un ton taquin :

« Est-ce que tu préfères cela dans un rêve ou dans la réalité Yuri ? »

Il était dans un coin reculé des jardins de l’Ordre. Le soleil brillait, le ciel parfaitement bleu et dégagé et la brise légère qu’il ressentait donnait un temps agréable. Il était allongé paresseusement sur de l’herbe verte et tendre, se reposant en compagnie de la personne qu’il aimait. Personne aux alentours, tous les deux seuls, comme si le reste du monde avait cessé d’exister, comme si ce moment s’était figé retenant son souffle pour leur offrir un instant inoubliable.

« Je crois que je préfère apprécier ta présence dans la réalité Flynn. » répondit-il avec un sourire des plus sincères.

Son amant se mit de nouveau à rire. Il était agenouillé près du brun, penché vers lui mais Yuri trouva l’occasion trop bonne pour ne pas profiter davantage de lui. Saisissant son bras, en deux temps trois mouvements, il renversa le blond qui chuta et se trouva brutalement allongé sur l’herbe. Ce dernier voulut se relever mais Yuri ne lui en laissa pas l’occasion en le forçant à garder sa position.

« Yuri, je vais salir ma tunique ! On va me poser des questions après. » protesta Flynn.

« Tu n’auras qu’à te changer avant d’aller à cette cérémonie barbante ! Tu devrais aussi cesser de porter des vêtements blancs. Il y a rien de plus salissant que le blanc ! En même temps, cette couleur te va plutôt bien… » répliqua Yuri.

« Ce qui signifie que je vais devoir te quitter plus tôt pour avoir le temps de me changer. Et je préfère passer mon temps libre avec toi plutôt que de le garder pour changer des vêtements sales. » riposta le blond avec aigreur.

« Hmm, ça m’ennuie mais ton argument tient la route. » admit le brun. « La prochaine fois, je ferai plus attention. »

Son amant s’était saisi de sa main qu’il serrait à l’intérieur de la sienne avant de s’allonger près de lui. Yuri se tourna vers lui pour écarter quelques mèches dorées. Le temps était vraiment calme et agréable.

« En attendant, je peux bien profiter de ta présence, non ? Surtout qu’aujourd’hui, j’ai l’impression qu’on respire un moment unique pour nous deux. »

Ils ne dirent plus rien par la suite. Ils se contentèrent de contempler le ciel bleu en goûtant à l’instant présent et leurs mains serrées l’une contre l’autre, heureux et comblés comme jamais ils ne l’avaient été auparavant.

--§--

« Flynn ! » s’écria Yuri en se réveillant brusquement.

Des brindilles et des débris de feuilles mortes étaient parsemés sur ses longs cheveux noirs. Il se releva en vitesse pour découvrir qu’il avait dû dormir sous sa forme de loup sous un chêne centenaire. A quelques mètres, derrière une rangée d’arbres, il discernait la cabane de Rita.

Un rêve… Ou pour être plus exact, un souvenir qu’il avait revu en rêve… Un souvenir d’un temps qui lui semblait presque lointain désormais, quand Flynn et lui étaient ensemble avant qu’ils ne deviennent des fugitifs, avant que la malédiction ne le touche…

Yuri secoua la tête pour s’éclaircir l’esprit. Pas le temps pour les regrets, de se sentir nostalgique du bon vieux temps. Le soleil s’était levé et les heures lui étaient comptées avant que l’astre se couche à nouveau. Il lui fallait retrouver Estelle et Repede et regagner au plus vite le QG secret de Brave Vesperia.

--§--

« Alors Raven, ramènes-nous tu de bonnes nouvelles ? »

« Eh bien… pas vraiment… Je veux dire que quelques nuits plus tôt cela aurait pu être de bonnes nouvelles mais à présent… »

« Que veux-tu dire ? »

« Eh bien, j’avais étudié la disposition des lieux, les rondes, bref tout ce qui aurait pu nous servir à préparer l’évasion de Flynn et hier, les conditions étaient optimales : soldats relâchés, personnel trop occupé… Plutôt compréhensible avec l’invité de marque qu’ils avaient et le festival qu’ils doivent préparer. »

« Eh bien ? Peut-être que les mêmes conditions ne se représenteront pas mais avec tes observations, il nous sera quand même possible d’organiser la fuite de Flynn non ? »

« Le souci est que Flynn avait aussi remarqué que les conditions étaient optimales pour s’évader et qu’il a aussitôt tenté sa chance… ce qui aurait pu réussir si on ne l’avait aperçu pas au dernier instant… En fait, si on avait coordonné une action commune avec le gamin cette nuit, il serait probablement parmi nous en ce moment. Mais… »

« Mais ? »

« Avec ce qu’il a tenté la veille, le Hiérophante ne veut plus prendre le risque qu’il s’évade à nouveau. Il a décidé de le garder personnellement nuit et jour. En clair, il a Flynn en permanence non loin de lui. Je ne sais pas mais on parle du chef suprême de l’Ordre gardé par une armée de chevaliers et de mages à son service, sans compter les prêtres et une multitude d’autres gens prêts à mourir pour lui, alors comment on va bien pouvoir s’introduire dans l’endroit le mieux gardé au monde pour aider à la fuite de Flynn qui se trouve auprès de la personne la mieux gardée au monde ? »

Il y eut un lourd silence dans la petite pièce. Dans une pièce sombre, seulement éclairée par une lampe à huile, un rai de lumière laissait entrevoir le visage renfermé d’un jeune garçon aux cheveux châtain, celui de Karol Capel, l’un des chefs de Brave Vesperia.

« Il n’y a donc aucune possibilité de sauver Flynn ? » demanda le garçon.

A côté de lui, Judith la Krytienne se tourna alors vers le troisième individu présent dans la pièce : un homme dans la trentaine ayant pour caractéristiques des cheveux bruns négligemment coiffés, des yeux bleus délavés et une barbe de trois jours.

« Raven ? » interrogea-t-elle.

L’homme poussa un soupir désolé.

« Même en mettant toutes nos ressources dans cette affaire, je doute que nous parvenions à le faire libérer. Je suis navré mais j’estime qu’ils nous auront tous pris ou tués avant même qu’on réussisse à atteindre Flynn. » répondit-il.

« Mais avec plus d’hommes ? Une alliance avec un autre groupe ? » questionna le plus jeune du trio avec un air désespéré. « Peut-être que ça améliorerait nos chances ! Peut-être… »

« Karol, même si moi aussi je souhaite libérer Flynn tout autant que toi, je te rappelle que contrairement à Altosk, Brave Vesperia n’est qu’un petit groupe de rebelles, pas une immense organisation répartie sur tout Akadia. De plus, nos propres membres ont déjà du mal à accepter Flynn dans nos rangs à cause de son passif alors avec d’autres rebelles… Nous avons toujours basé nos missions sur le volontariat mais je doute que le sauvetage de Flynn dans l’endroit le plus dangereux pour des rebelles suscite un énorme enthousiasme chez nous. » commenta la jeune femme aux cheveux bleutés.

« Je crois que tu as déjà dit que Flynn avait eu du mal à trouver des personnes prêtes à aider pour ouvrir le Portail vers cet autre monde. » dit Raven.

« Il a eu déjà du mal à nous convaincre. » se remémora Karol avec une grimace. « Et quand il y est parvenu, nous n’avons pas eu beaucoup de volontaires, surtout que Brennan, qui a beaucoup d’influence sur nos membres, était hostile et dubitatif à son plan. Heureusement que Yuri est intervenu parce que sinon, je crois que cela n’aurait jamais pu se faire. Et peut-être qu’on aurait évité la capture de Flynn… »

« Karol, Flynn était conscient des risques. » fit Judith d’une voix apaisante. « Tu ne dois pas t’en vouloir pour ça. »

« Mais en attendant, si on ne récupère pas Flynn dans les jours qui viennent, Yuri va être fou de rage à son retour. Je préfère encore affronter seul la forêt de Verdel et sa sinistre réputation de meurtres sanglants et de disparitions inexpliquées plutôt que de lui annoncer que Flynn a été fait prisonnier par l’Ordre. » se plaignit le jeune garçon.

Les deux adultes échangèrent un regard. Ils ne l’auraient avoué pour rien au monde mais ils n’étaient pas loin de penser comme Karol. Un Yuri de méchante humeur et en colère ne constituait franchement pas le camarade idéal pour une discussion pacifique et constructive… Pendant que Judith se mordait les lèvres, recherchant une réponse appropriée à donner à son cadet, Raven était perdu dans ses pensées, une main posée sur sa tempe comme pour se concentrer.

Après plusieurs longues minutes de réflexion, le trentenaire leva la tête mais son visage trahissait de l’incertitude.

« Il y a peut-être une solution… » prononça-t-il lentement comme s’il hésitait à poursuivre.

Les deux autres le regardèrent alors avec espoir mais restèrent muets pour encourager leur compagnon à continuer.

« Le Hiérophante doit se rendre à la ville de Noridhim pour honorer le festival du Mystère [1]. » annonça Raven. « S’il veut vraiment avoir Flynn sous ses yeux, il sera forcément obligé de l’emmener avec lui. »

« Il ne prendra pas ce risque ! » s’exclama Karol. « Pourquoi trimballer son prisonnier pour un festival ? De toute façon, Flynn sera mieux gardé dans le quartier général de l’Ordre plutôt qu’à Noridhim. »

« Je suis plutôt d’accord avec Karol. Ce serait un risque inconsidéré pour lui d’emmener Flynn à Noridhim juste pour un festival. Il laisserait des chances non négligeables à Flynn de s’évader à nouveau. Pourquoi le prendrait-il ? » argumenta la Krytienne.

« L’une des raisons, je pense, est qu’il n’aime pas se séparer de son captif, même si ce n’est juste que pour quelques jours. Il s’est donné beaucoup de mal pour mettre la main sur Flynn et nous savons tous les trois les rapports qu’ils entretenaient auparavant. » répliqua Raven. « L’autre raison… est qu’il se doute que Yuri, et par extension nous et Brave Vesperia, allons tenter l’impossible pour le récupérer. »

« En d’autres termes, cela pourrait être un piège. » conclut Judith. « Comment être sûr néanmoins qu’il prendra Flynn avec lui ? »

« Pour Alexei, nous sommes sans doute une épine dans le pied dont il veut se débarrasser au plus vite. Je ne pense pas qu’il ratera une telle occasion pour éliminer définitivement Brave Vesperia, d’autant plus que Garista fait également partie du voyage. »

« Et tu sais comment il va transporter Flynn sans attirer l’attention ? » questionna Karol. « Je veux dire, pour le public, ça ferait bizarre qu’on déplace un prisonnier sans raison particulière. »

« Oh, crois-moi, Alexei et Garista ont tout prévu. Je doute par contre que cela soit au goût de Flynn… »

« C’est un festival où les déguisements et costumes sont de rigueur. Nous pourrons donc utiliser cela à notre avantage. » remarqua Judith. « Mais cela ne me débarrasse pas de cette impression que nous nous dirigeons tout droit vers un traquenard… »

« Tu préfères annoncer la mauvaise nouvelle à Yuri au sujet de Flynn ? » demanda le garçon aux cheveux châtain.

Il y eut un long silence, lourds de sous-entendus.

« Je pense qu’il vaudrait mieux commencer à élaborer notre plan pour Noridhim en prenant le plus grand nombre de précautions. » déclara Judith d’un ton dégagé. « Voyons comment nous pouvons… »

--§--

Quand Yuri arriva devant la maison de Rita, il s’apprêtait à signaler sa présence en frappant à la porte mais il devina que Repede l’avait devancé car ce dernier lança un aboiement et gratta devant la porte avec un bruit distinct comme s’il s’efforçait de l’ouvrir. Il reconnut ensuite la voix agacée de Rita et une série de sons lui laissant comprendre qu’elle s’était levée et qu’elle se dirigeait vers la porte avant de l’ouvrir.

« Entre vite. On doit discuter. » grogna-t-elle.

Le brun ne se fit pas trop prier. Il sentit qu’il était temps de fournir des explications et d’avoir une conversation sérieuse avec  la jeune mage. Dès qu’il pénétra dans sa cabane, elle lui désigna en silence un tabouret, loin d’Estelle qui dormait encore dans le hamac. Elle avait sorti un peu de pain pour le petit-déjeuner et de la viande séchée pour Repede.

A peine Yuri eut-il le temps de s’asseoir que déjà, Rita le bombardait de questions :

« Toi, tu es sous l’emprise d’un sort, n’est-ce pas ? Ou d’une malédiction ? Elle te change en loup toutes les nuits, c’est ça ? »

La faible lueur dans la cabane lui laissait entrevoir des yeux verts curieux et inquisiteurs. Son regard gris se détourna un instant vers la jeune Estelle endormie avant qu’il ne réponde d’une voix basse tout en s’efforçant de recoiffer ses longs cheveux de jais :

« Humpf ! Tu n’es pas n’importe qui pour l’avoir vu en un simple coup d’œil ! Je suppose que tu n’étais pas n’importe qui pour être entrée dans l’Ordre à ton âge. »

« Peuh ! Ne me confonds pas avec n’importe quel mage de bas étage ! » répliqua Rita d’un ton mordant. « Je n’en ai pas l’air mais avant mon renvoi, j’étais loin d’être une incapable et je m’occupais de recherches majeures. Mais passons ! Ta malédiction, elle m’a l’air bien puissante et je ne vois donc que quelques personnes dans l’Ordre qui soient capables de la jeter. C’est cet abruti de Garista qui en est le responsable ? »

Elle avait une expression si féroce quand elle prononçait le nom de Garista que Yuri devina rapidement que la mage avait un antagonisme marqué avec le Cardinal.

« Je me trompe peut-être mais j’ai la forte impression que toi et le Cardinal Garista n’êtes pas les meilleurs potes au monde. » commenta le brun.

« Evidemment ! Il a tout fait pour discréditer mon travail mais cela ne l’a pas empêché d’exploiter mes résultats pour ses propres besoins personnels ! » grommela Rita. « Je n’ai pas apprécié la manière dont il a détourné mes recherches pour des rituels ou des sorts tous plus ou moins barbares et le pire, c’est avec le fruit de mes propres recherches qu’il est monté en grade. Alors cette malédiction, c’est tout à fait le genre de truc qu’il a pu mettre au point. Si c’est lui, je devrais être capable de mettre au point un contre-sort pour te libérer. »

Yuri avait la forte impression que ce n’était pas par altruisme que Rita cherchait à lever sa malédiction mais plus pour damner le pion à Garista qui semblait être sa Némésis personnelle.

« Malheureusement, ce n’est pas lui. Celui qui a jeté ma malédiction, c’est le Hiérophante. »

« Quoi, le Hiérophante en personne ? » ne put s’empêcher de s’exclamer l’irascible mage.

Elle marqua un silence avant de passer une main dans ses cheveux châtain, visiblement en pleine réflexion.

« Si c’est le Hiérophante lui-même, alors cela risque d’être plus difficile. Il a accès à des arcanes secrets dont je peux à peine me faire une idée. Mais laisse-moi te dire que tu t’es fait un ennemi puissant et pas n’importe lequel, qui plus est. Le dirigeant de l’organisation la plus puissante d’Akadia, rien que ça ! »

« Je le sais bien ! Crois-moi, cela fait plus de deux ans que j’essaie de trouver un moyen de me débarrasser de cette malédiction et j’ai difficilement trouvé quelque chose ! Si tu crois que ça m’amuse de devenir un loup toutes les nuits !»

Rita ne répondit pas et garda le silence. Il y avait un petit air de commisération dans ses yeux verts pendant quelques secondes avant que son regard dérive vers la jeune fille endormie aux cheveux roses.

« Et cette fille ? Elle vient de l’autre monde, n’est-ce pas ? »

« Tu es donc bien au courant de l’autre monde et des Portails. C’est pourtant une information confidentielle détenue que par ceux de hauts rangs dans l’Ordre. » commenta le rebelle de Brave Vesperia.

« Comme je te l’ai dit, j’étais plutôt bien placée à l’époque. Je suis plutôt surprise que toi, un rebelle, qui ne devrait avoir aucun lien avec l’Ordre soit au courant de l’existence de l’autre monde et ait été capable de s’y rendre pour ramener cette fille. Qui t’en a parlé ? » interrogea la mage.

« Quelqu’un. » répondit Yuri d’une voix évasive.

« Quelqu’un de l’Ordre qui devait être bien placé dans ce cas et qui devait savoir comment ouvrir un Portail pour que tu réussisses cet exploit. » répliqua son interlocutrice.

Elle dévisagea à nouveau Estelle avant de reprendre la conversation :

« Il y a des légendes qui parlent d’êtres aux cheveux roses. On les nomme les enfants de Pleine Lune et on dit qu’ils ont un potentiel magique extraordinaire. J’ignorais qu’il en existait dans cet autre monde. Je les croyais totalement éteints. Selon certains mythes, les membres de l’ancienne lignée impériale comprendraient parmi leurs ancêtres des enfants de Pleine Lune mais il sera difficile de le vérifier vu que la lignée en question est totalement éteinte. »

Elle marqua une nouvelle pause en se mordant les lèvres. Elle avait une expression intriguée quand elle contemplait Estelle.

« Elle a peut-être un immense potentiel magique inexploité. Mais il lui faudra forcément lui apprendre les bases. Telle qu’elle est, ce n’est qu’un diamant à l’état brut donc sans le moindre intérêt. »

« Ne parle pas d’elle ainsi, comme si elle représentait un intéressant sujet de recherche ! » s’agaça Yuri.

« Pourtant, elle attise mon intérêt. Ce n’est pas tous les jours qu’on rencontre une potentielle enfant de Pleine Lune. Et contrairement à toi, je connais les bases en mana. Je peux donc l’aider pour lui enseigner les premiers pas. A moins que tu connais quelqu’un d’autre pour faire ce boulot à ma place. Je devrais bien sûr vérifier son affinité élémentaire mais… »

« Je connais déjà quelqu’un qui pourra tout lui apprendre sans manifester une curiosité que je trouve, excuse-moi du terme, malsaine ! »

Ils s’affrontèrent du regard mais rapidement, celui de Rita s’abaissa vers le sol poussiéreux de sa cabane.

« Désolée. Je tends à laisser ma curiosité scientifique à prendre le dessus, sans tenir compte des considérations des autres. On me l’a souvent reproché. » admit l’ancienne mage de l’Ordre.

Comme pour s’excuser de son comportement, elle balança un morceau de pain en direction de Yuri et lui servit à la hâte de l’eau dans un gobelet de terre cuite.

« Mais ceux de l’Ordre le disaient avec une telle hypocrisie qu’ils n’en étaient absolument pas sincères. Le seul qui était vraiment honnête quand il prononçait ce genre de reproches était le seul type décent avec qui j’arrivais à m’entendre… enfin, si on pouvait dire s’entendre… »

« Ah ! Je serai curieux de savoir le nom de ce type en question ! »

« A l’époque, c’était le chevalier-prêtre le plus en vue parmi ses pairs. Il était l’un des disciples les plus doués du Hiérophante. Il s’appelait Flynn et… »

« Quoi ? Flynn ? Comme Flynn Scifo ? » ne put s’empêcher de s’écrier Yuri.

A cette exclamation, ce fut au tour de Rita de montrer sa stupéfaction et sous la surprise, la pile de livres où elle avait posé l’un de ses coudes s’effondra par terre dans un bruit sourd. Heureusement, Estelle semblait avoir un sommeil lourd.

« Tu connais Flynn ? Mais c’est impossible ! Il n’y a pas plus dévoué que lui aux idéaux de l’Ordre ! » murmura la mage d’un air incrédule avant de prendre un air songeur. « Mais cela expliquerait comment tu sais pour l’autre monde et pour tout le reste. Il avait également les connaissances pour ouvrir un Portail. Je peine cependant à croire que Flynn ait tourné le dos à l’Ordre. »

« Si tu parles d’un crétin blond aux yeux azur, tête de mule et toujours prêt à se fourrer dans les ennuis pour aider les autres, alors oui, c’est bien de lui dont je parle. » répliqua Yuri.

Rita l’observa longuement, comme si elle prenait réellement conscience de la présence du rebelle dans sa cabane. Ses doigts tripotaient nerveusement son menton et elle mordait ses lèvres d’un air désemparé. Sa voix était inhabituellement douce et triste quand elle reprit la parole :

« Yuri, je vais te demander une faveur. Pourquoi Flynn a-t-il quitté l’Ordre et qu’est-il devenu depuis ? »

Le brun fut surpris par le changement de caractère et de comportement de la mage. Manifestement, malgré les durs termes qu’elle avait utilisés, elle se souciait du sort de Flynn. Ce fut pour cette raison qu’il lui répondit en toute honnêteté.

« L’Ordre l’a trahi et il s’est enfui. Et depuis plus de deux ans, il est devenu un fugitif traqué par l’Ordre. » répondit Yuri avec hargne.

« Je vois. » se contenta de dire Rita tout en hochant la tête.

« Je n’ai pas fini : ce bâtard de Garista a réussi à le capturer pendant que j’étais dans l’autre univers. »

Cette fois, ce fut une pile d’alambics et de fioles en verre qui se fracassèrent au sol, réveillant définitivement Estelle qui émit un cri de surprise. Le regard vert de Rita devint tranchant comme une lame et cette vision frappa Yuri. Elle marmonnait mille imprécations dans sa barbe tout en jetant des livres au sol et marchait à petits pas précipités tout en tournoyant sur place.

« Non mais c’est pas vrai ! Quel abruti ! Je le croyais pourtant assez intelligent pour éviter de se retrouver dans ce genre de situation ! » râla la mage.

Sans se soucier du boucan qu’elle faisait, elle commença à ouvrir divers placards et armoires, les fouillant et jetant par terre plusieurs papiers jusqu’à ce qu’elle sorte un long morceau de toile cirée qu’elle déroula sur une table en écartant sans ménagement son bazar. Yuri y jeta rapidement un coup d’œil pendant qu’Estelle s’éveillait difficilement : apparemment, c’était une carte plutôt bien détaillé de la région.

« C’est où que tu penses aller ? » demanda Rita tout en sortant une sacoche de cuir et un sac de toile en y fourrant de nombreuses feuilles et grimoires.

« Ici, près du village de Thielke. » indiqua Yuri.

Thielke était un petit lieu ordinaire où peu de gens osaient y vivre à cause de la proximité avec la forêt de Verdel. Il était également le village le plus proche de la base secrète des rebelles de Brave Vesperia.

« Thielke ? On peut y être en moins de deux jours mais il faudra passer une nuit en forêt. »

« Attends ! "On" maintenant ? » rétorqua Yuri.

« Oui parce que je viens avec toi ! » répondit la mage d’un ton sec qui ne souffrait d’aucune contestation possible. « Je commence à en avoir plus qu’assez de l’Ordre et des manigances de Garista. Il est temps que je règle mes comptes avec lui ! Et en plus, il s’en est pris au seul abruti décent ! »

Yuri ne chercha même pas à protester. Il avait trop bien vu le changement dans les yeux et le comportement de Rita. Sa détermination, alimentée principalement par un fort désir de revanche contre Garista, était trop grande pour qu’il cherche à la dissuader. Il devina également que pour une raison ou une autre, Flynn jouait dans sa décision de quitter sa cachette en plaquant toutes ses recherches – ces deux-là devaient se connaître. Et puis il y avait son intérêt pour le potentiel magique d’Estelle… Il se contenta donc de hausser les épaules.

« Bah, fais comme tu veux ! Ça m’est égal ce que tu fiches mais je ne suis pas contre une alliée pour libérer Flynn. » dit-il nonchalamment.

« D’accord pour libérer le crétin blond mais cela ne veut pas dire que je rejoins ta bande de rebelles ! Considère que je suis à mon compte ! » répliqua la mage.

Pendant ce temps, Estelle marmonnait des excuses pour son réveil tardif mais ni Yuri, ni Rita ne semblaient s’en soucier. Repede se contenta d’ignorer la jeune fille en s’écartant de son chemin sans aller chercher de caresses et la mage déposa le plus gros en nourriture qui lui restait mais elle avait clairement d’autres chats à fouetter, sortant quasiment tous les contenus de ses armoires et placards dans l’idée de faire ses valises apparemment. Elle s’approcha timidement de Yuri qui l’observait en silence sans rien dire et demanda :

« Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? »

« Pour le moment, tu prends un bon petit-déjeuner pendant que miss Pyromane prépare ses affaires. Peut-être qu’elle pourra aussi te prêter quelques habits, car franchement, tu ne risques pas de passer inaperçue vu comment tu es fringuée. Ensuite, on continue notre route vers les quartiers de Brave Vesperia. D’après miss Pyromane, il nous faudra deux jours pour sortir de la forêt. »

« On risque de rencontrer quelques bêtes ou des monstres mais ça, j’en fais mon affaire. » dit Rita. « Et je suppose que ton sabre n’est pas un bout de métal inutile, même si cela ne servira pas à grand-chose pour cette nuit. »

« Repede peut aussi aider. » fit remarquer le brun avant de se relever avec fracas.

« Je suis pas sûre d’avoir sa taille. » ajouta Rita en désignant celle qui venait d’un autre monde. « Tout ce que j’ai risque d’être trop petit pour Estelle. »

« Trouve juste quelque chose le temps qu’on rejoigne le repaire de Brave Vesperia. On doit avoir de quoi l’habiller là-bas. »

Il voulait un peu s’étirer les muscles avant de partir. Et puis, il ne pouvait s’empêcher de penser à ce que pouvait subir Flynn en ce moment…

« Bon, où est mon balluchon ? Je vous préviens que je refuse de partir si je ne l’ai pas à notre départ ! » avertit-il avant de fermer la porte de la cabane derrière lui.

Repede l’ayant suivi, les deux filles se retrouvèrent seules. La mage fronça les sourcils.

« Il a quoi son balluchon pour qu’il y tienne ainsi ? » demanda-t-elle.

« Il y avait un bracelet mais je le porte en ce moment. » répondit celle qui venait d’un autre monde en désignant son poignet. « Oh, il y avait aussi un vieux gant en cuir. »

« Quoi ? Et il fait toute une histoire pour un vieux gant en cuir ? »

-§-

Deux jours plus tard, après un voyage sans incident notable – sauf si on exceptait quelques attaques de monstres vite réglées par Yuri, Rita et Repede ou la énième transformation en loup de Yuri qui avait obligé Rita et Estelle à dormir dans un arbre –, le petit groupe atteignit enfin la lisière de la forêt en fin d’après-midi. Si la mage au caractère explosif avait servi de guide pendant le premier jour et une grande partie de cette deuxième journée, c’était désormais Yuri précédé de Repede, qui les menait vers la cachette de Brave Vesperia.

A l’horizon, on devinait au loin les fumées de cheminées du village de Thielke mais ce n’était pas là que Yuri les emmenait. Il était plutôt en train de longer la lisière de la forêt jusqu’à atteindre une petite vallée désertique. Le sol y était aride, rocailleux même et on devinait l’ancien lit d’un ruisseau qui avait dû s’assécher. Il restait quelques amas d’herbes éparpillées, des arbustes et de rares plantes vivaces. Estelle devinait à quelques couinements perçus que des animaux, probablement des rongeurs et des reptiles, y rôdaient discrètement.

Vers un versant de la vallée, Yuri et Repede s’arrêtèrent devant un gros arbuste épineux au bois robuste adossé à un énorme rocher. L’épéiste jeta un coup d’œil à Rita et Estelle et leur indiqua de les suivre.

Ils contournèrent l’arbuste et le rocher et les filles furent surprises de constater qu’ils dissimulaient habilement une sorte d’entrée qui pouvait évoquer l’entrée d’une grotte ou celle d’un terrier.

« Faites attention, c’est sombre et ça peut glisser sous les pieds. » expliqua Yuri pendant que son compagnon canin se faufilait déjà à l’intérieur. « Il y aura une sentinelle mais laissez-moi m’en occuper, ok ? »

Sans attendre leur réponse, il se glissa à son tour dans le trou. Avec appréhension, Estelle et Rita lui emboîtèrent le pas.

Si l’espèce de trou où elles avaient pénétré ne pouvait laisser passer qu’une personne à la fois et était glissant comme un toboggan, l’intérieur était plus grand et permettait de tenir debout. C’était sombre, comme l’avait annoncé Yuri et les deux filles eurent du mal à se repérer mais Rita émit une petite flamme rouge au bout de ses doigts, ce qui rassura Estelle qui la remercia chaleureusement. Un peu plus loin, Yuri patientait en tapant du pied avec impatience. Repede, quant à lui, avait déjà disparu.

 L’intérieur évoquait une grotte de chauve-souris. Il y en avait d’ailleurs de ces bestioles, suspendues au plafond et qui commençaient à étirer leurs ailes à l’approche de la fin de journée, ce qui rendit Yuri un peu anxieux et il accéléra sa marche.

Durant les premiers mètres, absolument rien n’évoquait une cachette secrète de rebelles. Avec ses rochers humides, l’obscurité et ces chauves-souris, cela ressemblait à une banale grotte d’animaux nocturnes volants. Mais bientôt, ils s’approchèrent d’une anfractuosité et avant qu’Estelle comprenne, Yuri la poussa brutalement sur le côté pour éviter… un poignard qui la rata de peu…

« Hé du calme, c’est moi, Yuri ! » s’écria-t-il. « Les deux autres sont avec moi ! »

« Yuri ? » dit une nouvelle voix pendant que Repede aboyait pour signaler sa présence. « Oh, bon sang, on ne t’attendait pas de sitôt ! Eh Brennan, envoie quelqu’un avertir Judith que Yuri est de retour ! »

« Et dis-lui de faire vite sinon, je m’en vais pioncer dans ma chambre ! » cria le brun.

Puis il ajouta à voix basse, de façon à ce qu’Estelle et Rita soient les seules à pouvoir l’entendre :

« Sauf indication contraire, pas un mot sur ma condition nocturne, compris ? »

Quelques instants plus tard, le garde pivota une grosse pierre, ce qui enclencha un mécanisme qui fit glisser une paroi rocheuse pour laisser place à une ouverture et à la véritable entrée de la cachette de Brave Vesperia.

« Bienvenue chez moi et faites comme chez vous. » dit Yuri avec une mine ironique.

Estelle était un peu intimidée, Rita quelque peu de mauvais poil mais ils franchirent l’entrée que la sentinelle referma immédiatement après eux.

C’était impressionnant. Cachés à l’intérieur d’une vallée rocheuse et aride, les rebelles de Brave Vesperia avaient ménagé dans ces cavernes une véritable habitation troglodyte. Pour l’éclairage, il y avait des torches et des lanternes suspendues au plafond ou accrochées aux murs. La température était plutôt agréable même si cela devait être plus frais lors des hivers. Des trous avaient été discrètement creusés, ici et là, et devaient servir pour l’aération. A l’écho qu’on percevait, on devinait une rivière souterraine qui constituait une précieuse source d’eau potable. Brave Vesperia était réellement un groupe plutôt qu’une organisation de rebelles si on devait comparer à Altosk qui était considéré officiellement comme la menace la plus dangereuse pour l’Ordre. La bande ne devait pas dépasser quinze personnes, estimait Rita et cela se reflétait dans leur cachette. Dans la caverne, il y avait une sorte de couloir qui menait vers diverses cavités et chaque membre y avait visiblement aménagé sa chambre de fortune mais il en restait certaines qui étaient laissées à l’abandon. Pourtant, on ne se privait pas de confort dans cet endroit. Il y avait de nombreux ustensiles, des meubles, des tapis, des matelas de paille et même des oreillers à plume d’oie. Sur les parois, certains s’étaient amusé à décorer la caverne en gravant des dessins au couteau ou en enduisant les pierres de colorants obtenus en broyant des minéraux. Le lieu aurait paru presque plaisant et agréable à vivre – Estelle voyait trois hommes jouer aux dés – si on pouvait mettre de côté l’absence de soleil et le fait qu’il s’agissait d’une cachette pour se dissimuler aux yeux de l’Ordre.

Sous les yeux étonnés de celle aux cheveux roses, une jeune femme aux cheveux bleutés et aux oreilles pointues s’avança. Sa silhouette sensuelle, sa tenue dénudée et surtout… sa poitrine bien mise en valeur firent forte sensation sur Estelle qui jeta discrètement un regard attristé vers sa propre poitrine. La comparaison était difficile…

« Bon retour parmi nous Yuri. Je dois t’avouer que je ne m’attendais pas à te revoir aussi… tôt. » dit la nouvelle venue.

« Où sont Karol et le vieux, Judy ? » questionna l’épéiste sans préambule.

« Dans la salle de réunion. Est-ce que tu veux… »

« Oui, je veux les voir tout de suite ! » répliqua Yuri avec empressement. « On n’a pas beaucoup de temps ! »

« Tu pouvais au moins me présenter tes deux nouvelles amies. » déclara la dénommé Judy avec une moue faussement ennuyée.

« Pas la peine ! Je les présenterai en même temps au vieux et à Karol ! » rétorqua le brun.

La jeune femme poussa alors un léger soupir, ses doigts effleurant sa joue pendant qu’elle levait des yeux songeurs. Yuri ne tint cependant pas compte de ses états d’âme en s’enfonçant avec impatience dans l’un des couloirs, forçant ainsi les filles à le suivre.

« J’ai comme l’impression que les retrouvailles vont être houleuses… » murmura la Krytienne pour elle-même.

Puis elle se tourna vers ses deux visiteuses. Elle jeta brièvement un regard intrigué vers Rita mais elle observa Estelle et ses yeux turquoise avec un examen des plus approfondis, s’attardant sur ses habits.

« Ils m’ont l’air un peu petit pour toi. Je te donnerai quelque chose de plus confortable. » promit-elle. « Venez, suivez-moi ! Comme l’a dit Yuri, je crains que le temps nous soit compté. »

-§-

La salle de réunion était très simple. Une simple table en bois, des chaises et des tabourets avec en son centre, une lampe à huile. Dès que les filles rejoignirent les hommes dans la pièce, Yuri fit rapidement les présentations.

« Estelle, Rita voici Judith, Karol et Raven. » annonça-t-il en montrant de sa main gauche les personnes concernées au fur et à mesure qu’il les présentait. « Faites attention au vieux, il a tendance à courir après tout ce qui a un vagin. »

« Hé ! » protesta Raven mais Yuri fit mine d’ignorer son intervention.

« Judy, Karol et le vieux, je vous présente Rita, une mage maniaque en pyromanie et Estelle qui vient de l’autre monde. »

« Humph, en voilà une façon de présenter les choses ! » commenta Rita d’un air énervé.

« Elle ? Une mage ? » interrogea Karol d’une voix dubitative.

« Bien sûr que je le suis, morveux ! J’étais même une mage de haut rang quand j’étais dans l’Ordre ! »

« Un ancien mage de l’Ordre, Yuri ? » commenta Judith en échangeant un regard avec lui.

« Oui. Ne t’inquiète pas, elle a des motivations personnelles pour vouloir nous aider. Et j’ai vu de quoi elle était capable. »

« Hmm, j’ai confiance en ton jugement mais je crois qu’il vaudrait mieux garder ce détail entre nous. Inutile d’ébruiter son passé. »

« Et la charmante demoiselle vient donc de l’autre côté du Portail ? » demanda Raven en s’approchant d’Estelle avec un air appréciateur. « Je dois reconnaître que tu as plutôt bon goût, gamin, mais pourquoi avoir misé sur elle ? »

« Ton fichu bracelet a réagi en sa présence. » maugréa Yuri. « Et ce crétin de Zagi m’a forcé à quitter l’autre monde en catastrophe. Je n’avais donc pas l’embarras du choix. »

Il se laissa tomber sur une chaise, contempla les alentours avant de jeter un regard mauvais en direction de Judith, Karol et Raven.

« En parlant de Zagi, il m’a appris quelque chose d’intéressant sur Flynn… Maintenant, la question est : comment avez-vous pu laisser Flynn dans les sales pattes de l’Ordre ? »

Les trois membres de Brave Vesperia déglutirent avec difficulté. Yuri contenait difficilement sa rage, ce qui était la réaction qu’ils avaient voulu absolument éviter. Ils savaient tous parfaitement que Yuri était très, voire trop, protecteur envers Flynn même s’il avait ses raisons… Le blond était si précieux pour lui…

Et ils l’avaient laissé aux mains de ses pires ennemis…

« Yuri… » tenta Karol en guise de défense.

« Yuri, crois-moi, Karol et moi avons tout fait pour le protéger comme tu nous l’as demandé mais tu connais Flynn… Il n’a pas supporté cela. Une fois que tu es parti dans le Portail, l’Ordre nous a repérés au moment de notre fuite et… je pense que tu devines la suite… » dit Judith.

« Il s’est sacrifié pour vous couvrir, n’est-ce pas ? »

Karol et Judith opinèrent de la tête. Yuri les contempla un moment avant de pousser un grognement exaspéré.

« Je me doutais bien que pour se faire attraper, il devait avoir commis une action stupide de ce genre. » grommela-t-il. « Et Alexei doit être ravi de l’avoir entre ses griffes. »

« Ce qui est problématique, c’est qu’il était le seul à pouvoir nous renseigner sur cette fameuse Prophétie. Alors certes, nous avons une personne de l’autre monde mais sans Flynn, on n’arrivera à rien. » dit Raven.

« La Prophétie ? » intervint Rita. « Attendez, vous voulez dire que vous tentez de la réaliser ? »

« Tu connais la Prophétie, Rita ? » demanda la Krytienne.

« Pas sa teneur exacte mais oui, j’en ai vaguement entendu parler. Il y en a plusieurs certes mais impossible de rater celle-là : elle prédisait qu’une personne de l’autre monde bouleverserait le destin d’Akadia. Je n’en sais pas davantage cependant. »

« Flynn en sait peut-être plus. » remarqua Karol.

« Cela ne m’étonnerait pas. » dit Rita en haussant les épaules. « Quand on sait qui lui servait de figure parentale à l’époque… »

« On revient donc au fait que nous devons récupérer Flynn. » constata calmement Judith. « On a commencé à mettre quelque chose au point Yuri mais les explications seraient longues et il vaudrait mieux… que tu te reposes en premier, Yuri, avant… »

« Inutile de prendre des pincettes, Judy, elles sont au courant. »

« Oh ? Elles savent ? Tant mieux, cela m’évitera la peine de devoir justifier ta disparition pour cette nuit et les nuits à venir. »

« Occupe-toi d’elles  en mon absence, Judy. »

« Je n’y manquerais pas. »

-§-

« Je sais que vous voulez le garder sous votre constante surveillance, votre Excellence. » dit Garista. « Mais je ne peux m’empêcher de penser que c’est un risque inconsidéré. C’est comme brandir un morceau de viande à ce chien de Yuri Lowell et sa bande. »

« Je comprends tes légitimes inquiétudes, Garista. C’est pourquoi, nous allons prendre certaines précautions. Que font Cumore et les autres ? »

« En train de préparer vos affaires et votre escorte pour votre voyage de demain, votre Excellence. »

« Très bien. Amène-le dans ma chambre. » ordonna Alexei.

Deux gardes soulevaient par les épaules un corps inerte aux courts cheveux blonds comme le blé au soleil, la tête retombant lourdement par devant. Flynn Scifo…

« Tu l’as drogué ? » demanda le Hiérophante.

« Oui. Je craignais un esclandre de sa part. Il est très méfiant envers tout ce qu’on lui donne mais même lui ne peut résister à l’instinct de boire. Cependant, compte tenu des circonstances, j’ai peur d’avoir sous-dosé la quantité à lui administrer. » expliqua le Cardinal. « Il doit être encore à demi-conscient. »

« Cela fera l’affaire. L’essentiel est qu’il ne perturbe pas le sort. Allongez-le par terre et sortez ensuite d’ici ! » commanda Alexei aux soldats.

Dès que les deux hommes avaient quitté la chambre, Alexei ouvrit un petit placard de son autel, sortant une somptueuse coupe en or sertie d’une belle topaze taillée. La coupe était déjà remplie au tiers d’un liquide rougeâtre d’une consistance similaire au vin…

« Déshabille-le et tu jetteras ses vêtements au feu après. Je ne serai pas surpris d’apprendre que ce serait un cadeau de Yuri Lowell. Tu lui donneras ensuite autre chose. »

« Très bien. » dit Garista en inclinant.

Le Cardinal souleva la tête de Flynn. Au même moment, celui-ci ouvrit un œil vitreux mais la drogue faisait son effet : il n’était pas totalement conscient de ce qui lui arrivait.

Avant qu’il ne puisse comprendre, il sentit quelque chose de dur sous ses lèvres et un liquide s’écouler dans sa bouche. Il eut le réflexe de cracher mais dans son état de faiblesse, Garista n’eut aucun mal à maintenir ses mâchoires fermées et à exercer une pression sur sa gorge pour le forcer à boire. Ce n’était pourtant pas désagréable quoiqu’il avait l’impression qu’il y avait un arrière-goût métallique…

« Parfait. Et maintenant, bâillonne-le. Je ne veux prendre aucun risque. » ordonna Alexei.

Pendant que le Cardinal exécutait la sale besogne, Flynn commençait lentement à reprendre conscience. Il voulait se relever mais il se rendit compte avec effroi que le simple fait d’agiter ses doigts lui demandait un effort considérable. Et ses bras et ses jambes lui paraissaient si lourds, sa vision si floue et tout ce qu’il entendait semblait résonner dans le lointain… La voix d’Alexei semblait… suivre un rythme… Une prière, un chant ?

Tout à coup, son champ de vision fut entièrement occupé par le Hiérophante qui le regardait dans les yeux.

« Cela aurait été beaucoup plus simple si tu étais resté dans l’Ordre Flynn. Mais tu ne me laisses pas beaucoup de choix… »

Il sentit soudain la main de son ancien mentor se poser au centre de son torse nu.

Et il ressentit aussitôt une fulgurante douleur. Comme une brûlure intense. Comme si on le marquait au fer rouge. C’était sans doute ce qui se rapprochait le plus de ce qu’il ressentait. S’il n’avait pas été bâillonné, nul doute qu’il en aurait hurlé au point de s’arracher les poumons.

La douleur était telle qu’il ne tarda pas à sombrer dans l’inconscience…

« Excellent. » commenta Alexei tout en contemplant son ancien élève. « C’est un sort qui se manifeste plutôt sur le long terme mais au moins, la première étape de notre plan est en route. Ramène-le dans sa cage Garista. Il nous faut nous préparer pour le festival de Noridhim. »

 -----

[1] Le mystère est à prendre ici dans son sens au Moyen-Âge, à savoir un genre théâtral mettant souvent en scène des sujets religieux.

Profile

eliandre: (Default)
Eliandre

October 2016

S M T W T F S
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Jul. 22nd, 2017 06:36 am
Powered by Dreamwidth Studios